Livre Lâchez-nous les abdos !
Un corps détendu et
tonique grâce à l'alimentation
Livre Mal de dos, mal de Bouffe
Préface de France Guillain
suivez-nous sur facebook
facebook
menu

le muscle

L'activité du muscle est entièrement dépendante des ordres qu'il reçoit. Il n'a aucune initiative. C'est un bon petit soldat. On lui commande de se contracter, il se contracte. On lui demande de se relâcher, il se relâche. Bien qu'il en soit régulièrement accusé, il n'est en aucune façon responsable du mal de dos.

La moelle épinière est son supérieur hiérarchique. C'est elle qui lui envoie les ordres de contraction. Mais la moelle épinière ne peut pas être accusée non plus du mal de dos, car l'ordre de contraction qu'elle envoie au muscle est une nécessité : il y a une alerte, elle décide de bloquer la zone. C'est le principe de précaution.

En revanche, c'est le niveau de contracture du muscle qui va déterminer le niveau de la douleur. Le cerveau provoque la douleur proportionnellement aux niveaux des informations qu'il reçoit des organes tendineux de Golgi. La douleur n'est pas une maladie, mais un autre principe de précaution : elle permet au patient de respecter la zone qui fait mal. Décidement, dans le mal de dos, personne n'est responsable !

La contracture musculaire provoque à moyen et à long termes un affaiblissement du muscle. Les vaisseaux sanguins qui nourrissent le muscle se trouvent dans le corps musculaire. Le muscle contracturé comprime les vaisseaux qui l'alimentent et diminue le débit sanguin dans ces vaisseaux. La contracture empêche le muscle de se ravitailler correctement.