Livre Lâchez-nous les abdos !
Un corps détendu et
tonique grâce à l'alimentation
Livre Mal de dos, mal de Bouffe
Préface de France Guillain
suivez-nous sur facebook
facebook
menu

La douleur

Les organes tendineux de Golgi adressent à notre moelle épinière un message sensitif lorsque le muscle, dans lesquels ils se trouvent, atteint un niveau important de contracture. Notre moelle épinière analyse le message et s'il est important elle le transmet vers le cervelet et le cerveau. Le cerveau analyse à son tour le message et décide de déclencher ou non la douleur.

La douleur est proportionnelle au message que le cerveau reçoit. C'est une alerte qui nous avertit qu'il y a un problème. La douleur n'est pas une ennemie, c'est une alliée qui nous veut du bien. Grâce à la douleur, nous économisons la zone contracturée.Sauf lorsque la douleur est vraiment insupportable, il est inefficace de la combattre de front. Le cerveau s'adapte à notre comportement. Si nous prenons un antalgique, il hausse son message douloureux et nous devons augmenter la dose du médicament, etc.

Ce processus de déclenchement de la douleur se constate dans le mal de dos, mais aussi dans toutes les pathologies douloureuses de l'appareil locomoteur. Toutes les tendinites et toutes les douleurs qui ne sont pas organiques sont la conséquence de la contracture musculaire provoquée par la détérioration des graisses locales. La médecine a pour habitude de cloisonner les pathologies. Le mal de dos, l'arthrose et la tendinite sont considérés par l'Académie de Médecine comme des pathologies indépendantes les unes des autres alors qu'elles procèdent toutes du même processus de détérioration du tissu graisseux.

Dans la mesure où les médicaments antalgiques ne sont pas une solution à long terme, nous devons nous intéresser à ce qui se passe en amont de la douleur. Pour diminuer efficacement son intensité, nous devons diminuer l'intensité de la contracture musculaire. Le palper-rouler profond manuel est tout indiqué car il entrave l'activité de la boucle de la contracture.