Livre Lâchez-nous les abdos !
Un corps détendu et
tonique grâce à l'alimentation
Livre Mal de dos, mal de Bouffe
Préface de France Guillain
suivez-nous sur facebook
facebook
menu

Les effets du palper-rouler profond manuel

La douleur

Le massage est souvent douloureux lorsqu'il rencontre des adhérences hypodermiques et qu'il arrive à les décoller car le tissu cutané est richement innervé par des terminaisons nerveuses sensitives. La douleur ressentie est en général proportionnelle au degré de blocage du tissu cutané avec des variations individuelles importantes. La manœuvre est traumatisante et la douleur qu'elle produit n'est pas surprenante. Elle est en général bien tolérée car plus le massage est douloureux, plus la personne massée a souffert auparavant. Il existe également un phénomène ambivalent qui fait ressentir, en parallèle, une sensation agréable et positive de libération.

La détente musculaire

Au bout de quelques minutes de massage, l'effet d'accoutumance diminue le niveau de la douleur, les terminaisons nerveuses envoient moins de messages douloureux à la moelle épinière et le muscle sous-jacent reçoit moins d'ordres de contraction en réponse de la moelle épinière et se relâche. Le premier effet d'un palper-rouler profond manuel est une diminution, voire une disparition, de la contracture musculaire. cette conséquence est immédiate : dès la fin du massage et même parfois durant le massage lui-même la détente des muscles est ressentie par le masseur et la personne massée. Le palper-rouler est un acte mécanique et ses effets sont immédiats. Souvent, en se relevant de la table de massage, la personne massée ressent un besoin immédiat, par exemple, l'envie d'uriner ou celle de dormir. En général, cette réaction témoigne d'un problème chronique, parfois méconnu de cette personne, tant ce problème est intégré dans le quotidien.

Les courbatures du lendemain

Très souvent, quelques heures après la première séance ou plus souvent le lendemain, la personne massée par la technique du palper-rouler profond manuel ressent des courbatures profondes, comme si elle avait des ecchymoses sur les zones massées, mais il n'y en a pas car la zone d'action du palper-rouler, bien effectué, est assez profonde pour que les vaisseaux résistent à la manœuvre. Cette sensation de traumatisme peut durer plusieurs jours, puis disparaît lentement. Elle a surtout lieu après la première séance. Parfois la réaction ne se produit qu'à la deuxième séance, voire à la troisième, sans pouvoir préjuger du résultat final. Au fil des séances, la sensation diminue puis disparait.

Les ecchymoses

Néanmoins, malgré la qualité et l'expérience du masseur, il y a parfois des ecchymoses après un massage de palper-rouler, c'est parce que le massage n'a pas été paradoxalement assez profond, il est resté dans le derme, là où les capillaires peuvent être fragiles et éclater sous la pression des doigts. Il ne faut pas confondre ecchymose (les "bleus") et hématome (la bosse provoquée par un épanchement de sang artériel).Ce n'est pas grave, mais les ecchymoses obligent à suspendre toute manœuvre jusqu'à la guérison.

La fatigue générale et les messages de l'organisme

Les déchets, toxines, poisons, microbes, virus, métaux lourds sont stockés dans nos cellules graisseuses qui ont pour mission de les transporter jusqu'à notre colon pour être expulsés dans nos selles. Après un massage, une fatigue générale peut être ressentie. C'est la conséquence de la libération des déchets et toxines accumulés dans notre tissu graisseux adhérents. Ce phénomène ne dure que quelques heures, le temps de l'expulsion de tous ces éléments indésirables.

Le "rembobinage"

Par un effet d'équilibration, de "rembobinage" de l'histoire de la personne ou de transferts de tension, l'organisme envoie des messages à distance de la zone massée dans les deux à trois jours qui suivent la séance. Par exemple, après un massage de la zone lombaire, nous pouvons constater l'apparition d'une tension cervicale, voire d'un torticolis. Chez un sujet jeune ou réactif, le phénomène peut apparaître immédiatement pendant la séance de massage.
La nouvelle zone douloureuse apparue après un massage rappelle presque toujours un épisode ancien de l'histoire de la personne massée. Nous pouvons parler alors d'un véritable rembobinage de l'histoire du patient. Essayons de tenir compte des avertissements émis par l'organisme massé et appliquons-nous systématiquement à masser la nouvelle zone douloureuse, même si elle se trouve éloignée de la première zone massée. Nous pouvons faire confiance à nos organismes, ils savent émettre les bons messages pour nous mettre sur la bonne voie. Il s'instaure ainsi, au fil des séances, un véritable dialogue entre le masseur et l'organisme massé. Si la personne massée est suffisamment à l'écoute de son corps, elle peut apporter des informations utiles au masseur au début de chaque séance.

L'échec du palper-rouler

Parfois, le massage ne provoque aucune réaction et semble inefficace.Sauf cas exceptionnel que repère et signale le masseur, s'il ne se passe rien après une dizaine de séances, il est préférable de faire une pause de 10 à 12 semaines. En effet, certaines personnes au système nerveux "épidermique" développent une sensibilité cutanée importante qui peut masquer l'amélioration qu'apporte le massage. Après une pause de plusieurs semaines, le tissu cutané retrouve son niveau habituel de sensibilité et une appréciation plus objective des effets du massage peut alors se faire.